L’artisanat sur Maurice

L’île Maurice est connue pour son brassage culturel et sa mixité ethnique lui confère une identité culturelle unique. C’est donc naturellement que son artisanat représente bien l’identité mauricienne qui est née d’un mélange de cultures.

La vannerie, qui est l’art de tresser des fibres végétales, est utilisée depuis des décennies par les artisans pour fabriquer de nombreux objets de la vie quotidienne tels que des vases, des paniers, des jarres, des plats à fruits, des sacs, des chapeaux. Cette technique artisanale est le résultat d’une tradition transmise de génération en génération. La vannerie a une place de choix dans l’artisanat local, malgré la concurrence malgache qui a tendance à prendre beaucoup de place sur les étals des marchés. Les matières utilisées pour la vannerie sont des produits naturels : fibres de coco, feuilles de vacoas ou de cocotier, cannes à sucre, bambous. Ce sont ces simples matières qui servent à fabriquer des paniers, des chapeaux, des dessous de plats ou de verres, ou bien encore des petits meubles. Un peu partout sur l’île, vous trouverez des boutiques spécialisées dans la production et la vente d’objets artisanaux, parfois insolites.

La bijouterie (d’influence arabe ou indienne) et le textile en général occupent une place prépondérante à l’île Maurice. Le Saviez-vous ? L’île Maurice est numéro un du cachemire dans le monde. Les tissus étant hors taxes, il est intéressant de se faire faire ses vêtements sur mesure, confectionnés en 48 h et livrés sur votre lieu de séjour. L’ile Maurice est l’un des principaux exportateurs de prêt-à-porter. De très nombreuses griffes célèbres ont leur unité de production sur l’Ile Maurice et écoulent les invendus et les fins de stocks à des prix défiant toute concurrence (Burberry, Hugo Boss, Gap, Harpers…).

L’île Maurice s’est fait une spécialité de la fabrication de maquettes de bateaux et en particulier de répliques d’anciens bateaux reconstitués selon les plans de l’époque. L’île est devenue le premier constructeur de modèles réduits depuis 1970, grâce des centaines d’ateliers que vous pouvez retrouver sur toute l’île. Les plus grands modèles constituent près de 400 heures de travail et peuvent coûter jusqu’à 4 000€.

Pour acheter des objets typiquement mauriciens, il faut se rendre sur les nombreux marchés, ou « bazars », très colorés de l’île où le marchandage est une tradition. Bien entendu, chaque village possède son propre marché, cependant le marché de Quatre Bornes ou le marché de Port-Louis sont des marchés réputés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *