Foyer de cultures & de civilisations

Cultures & Civilisations

L‘océan Indien apparaît comme un gigantesque foyer de cultures et de civilisations, tout aussi importantes: un carrefour entre les immenses aires culturelles de l’Extrême-Orient, de l’Inde, de l’Arabie et de l’Afrique. Ainsi, les navigateurs malais, arabes, chinois et indiens ont rapproché l’Afrique de l’Asie, et même l’Asie de l’Europe.

La rencontre et la fusion des grandes civilisations de l’hémisphère sud dans les îles du Sud-Ouest de l’océan Indien est la conséquence des grandes migrations asiatiques, africaines et arabes au début de l’ère chrétienne. Confrontés aux nécessités de la vie commune, des peuples aussi différents par leur culture originelle, indo-mélanésiens, africains bantous, arabes, créent de nouveaux modes de vie dans les îles du Sud. La langue malgache et les pratiques religieuses de l’ancestralité sont des symboles de l’interculturalité dans la zone indianocéanique. Toutefois, le peuplement de ces espaces insulaires, proches du continent africain, s’est réalisé à des époques et selon des processus politiques différents. Afrique, Asie, Europe ont concouru à des degrés différents, à la construction d’une identité particulière. 

 

Peuplements & Civilisations

Les petites îles des Mascareignes restent à l’écart des grandes migrations pré-coloniales, du moins jusqu’au XVe siècle. À l’inverse, Madagascar et les Comores, situés dans la proximité du continent africain, avaient déjà reçu leurs premiers colons insulindiens et africains.

– À Madagascar, deux flux principaux ont traversé l’océan Indien pour peupler l’ile rouge: celui des Indonésiens, venus de l’Est, et celui des Bantous, arrivés par le Nord-Ouest, à travers le canal du Mozambique. La rencontre de ces deux éléments de peuplement a donné naissance à la civilisation malgache.

– Aux Comores, îles situées au nord de Madagascar, qui enregistrent, aux IXe et Xe siècles, l’influence de gens venus de la péninsule Arabique et d’Iran, après celle des tribus bantoues. L’islamisation des Comores prolonge par plusieurs aspects la symbiose Moyen-Orient/monde bantou présente sur la côte orientale d’Afrique. En effet, la culture swahili, née du contact des tribus arabes et du monde africain, se propage sur tout l’Est africain jusqu’aux Comores. L’identité comorienne s’affirme ainsi à partir d’un subtil équilibre culturel entre les éléments bantou et arabe.

– Les Mascareignes (La Réunion, l’ile Maurice & Rodrigues) et les Seychelles présentent la particularité de ne pas comporter de peuplements autochtones à leurs découverte, mais d’avoir été des destinations  importantes pour la traite des esclavages (du XVIIe au XIXe siècle), dans le cadre du développement des plantations mises en place par les colons européens puis des travailleurs engagés. Trois matrices culturelles ont principalement contribué à façonner les identités de ces îles : la matrice afro-malgache, la matrice européenne et la matrice indienne, à la fois tamoul et gujerati.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *