Le Salegue

La musique malgache est riche d’influences diverses, en effet, elle a su conserver son patrimoine ancien austronésien de l’Asie du Sud-Est (l’archipel indonésien), mais aussi de la proche Afrique, tout en innovant de nouveaux genres beaucoup plus récents dus aux contacts avec l’Europe et les États-Unis.

Le Salegy, apparu vers les années 60, est une danse d’ouverture au cours des fêtes, à la fois  un style de musique national, et de rythmes locaux. C’est un rythme typique de Madagascar avec ses différentes variantes (Le Tsapiky au sud ; Le Basesa à l’est ; Le Goma au Nord).

valiha1Deux instruments dominent la scène musicale malgache : le vali ou valiha, instrument à corde (de 18 à cdx54) entre le luth et la guitare, fabriquée à l’origine en fibre de bambou, et le gorodao, accordéon diatonique introduit dans l’île au milieu des années 50 ; mais d’autres instruments jouent un rôle important comme le kabosy ou kabosse (petite guitare) et la flûte.

Tous ces instruments interviennent dans le Salegy, un style populaire dans tout le pays. Rythme de danse rapide au tempo 6/8, il a intégré depuis ses origines de nobreux beats de l’île et d’ailleurs. Avant tout un style repris par tous les musiciens malgaches, le Salegy a absorbé le basese (rythme du nord), le tsapika (sud-est) et des rythmes venus de l’étranger comme le sega (Ile Maurice, Réunion), la rumba congo-zaïroise, le mbaqanga (Afrique du Sud) et le benga (Kenya). Le Salegy se joue à différentes vitesses selon les coins de l’ïle : sur les hauts plateaux où les gens travaillent dur, le Salegy est plus lent, tendant à adoucir la vie. Dans les régions côtières où la vie est plus aisée, le rythme s’accélère avec une danse (l’Adabo Latsaka) illustrant le mouvement des adabos (fruits) tombant des arbres et frappant le sol.

Le Salegy varie selon les traditions musicales des régions : à l’origine, les chants a capella en sont la base puis, progressivement, les instruments y ont pris leur place. Actuellement, de nombreux interprètes reconnus de cette musique résident à l’étranger. Ils contribuent au renouvellement et au rayonnement des formes rythmiques et mélodiques traditionnelles à travers le monde.

Voilà un petit aperçu du salegy !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *